Apport cession et l’Article 150-0 B TER

Accueil » Cession et transmission » Apport cession et l’Article 150-0 B TER

NOUVEAUTÉ DE L’APPORT CESSION ET ARTICLE 150 0B TER

La Loi de Finances de 2020 a apporté des nouveautés au dispositif d’apport cession et l’article 150 0B Ter . Celui-ci permet aux chefs d’entreprise d’obtenir un report de l’impôt sur la plus-value mobilière lors de la vente de leur société. Cette stratégie étant très encadrée, il peut être pertinent de consulter un cabinet en gestion de patrimoine pour avoir une vision global et mener à bien ce projet. Notre expertise et nos conseils concernant l’apport cession vous permettront de sécuriser cette stratégie d’apport cession.

Les experts d’Agora finance vous accompagnent dans vos investissements pour qu’ils soient inscrits dans une stratégie patrimoniale globale.

Qu’est-ce que l’apport cession et l’article 150-0 B Ter ?

L’apport-cession permet à une personne physique de profiter du  report d’imposition sur les plus-values mobilières suite à l’apport des titres d’une société A vers une société B. Cette dernière doit être contrôlée par la personne faisant l’apport ou son groupe familial. En échange des titres de la société A, l’individu ayant fait l’apport reçoit des titres de la société B. Ainsi, grâce à l’article 150-0 B Ter du Code général des Impôts, l’impôt sur les plus-values mobilières est reporté grâce à l’apport de titres, droits sociaux, ou valeurs mobilières à une société payant l’impôt sur les sociétés.

Quelle fiscalité de cession pour les plus-values cette année ?

Les plus-values et moins-values imposables sont calculées en soustrayant les prix de cession au prix d’acquisition.

  • Le prix d’acquisition est le prix d’achat de titres incluant en plus des frais et taxes payés par l’acheteur. Que ce soit des commissions, des frais notariés payés lors d’un achat ou des droits payés lors d’une transmission de succession, toutes ces dépenses sont prises en compte dans le prix d’acquisition.
  • Le prix de cession quant à lui est le prix de vente après soustraction des frais et taxes payés par le vendeur.

Depuis la loi de finances 2018, les plus-values mobilières sont soumises au prélèvement forfaitaire unique. Ce prélèvement, aussi appelé flat tax, est de 30%. Il inclut 12,8% d’impôt sur le revenu (IR) et 17,2% de prélèvements sociaux. Il est possible de choisir de se faire imposer au barème progressif de l’IR sans abattement. Nous pouvons vous conseiller sur le système d’imposition à choisir en fonction de votre situation. Notre expertise vous permettra de faire votre choix en étant parfaitement informé.

Pourquoi investir dans une holding pour maîtriser sa fiscalité ?

holdingUne holding, aussi appelée société de portefeuille, est une entreprise qui détient des titres de propriété et des actions d’autres sociétés. Pour pouvoir contrôler ses filiales, la holding doit posséder au moins 51% des parts de celles-ci. Utilisé par les chefs d’entreprise lors de la cession de leurs titres, le passage par la holding offre un avantage fiscal conséquent. En effet, si certaines conditions sont respectées, le détenteur des titres et de la holding bénéficie d’un report de l’impôt sur les plus-values mobilières. Ce mécanisme a subi des évolutions avec les différentes lois de finances. Celle de 2020 n’est pas une exception. Une fois encore, les conditions de réinvestissement ont été aménagées.

Comment optimiser la fiscalité pour le capital issu de l’apport cession et l’article 150-0 B Ter ?

Lors de la cession de votre entreprise, il existe un dispositif vous permettant de reporter la fiscalité du produit de la vente : effectivement, si vous apportez vos titres dans une holding dont vous être le dirigeant, lors de la cession de votre société, c’est la holding qui effectuera la vente des titres. Ainsi en respectant les conditions énoncées lors des articles 150-0 B et 150-0 B Ter, 60% du capital de la cession présent dans la holding devra être réinvesti dans les 2 ans après la cession, dans une activité économique. Ce dispositif vous permettra donc de réaliser un investissement grâce à la vente de vos titres, sans avoir été imposé, grâce au report d’imposition.

Contacter votre conseiller en gestion privée
Contacter votre conseiller en gestion privée

Comment optimiser la fiscalité pour faire des dons grâce à l’apport-cession et l’article 150 0B Ter ?

L’apport-cession peut être utilisé comme outil de réinvestissement ou de reconversion, mais aussi comme outil de donation. En effet, une fois l’apport effectué dans la holding, il est possible de faire don des titres de la holding reçus en échange.echec Pendant toute la durée de vie de votre holding, aucune imposition sur la cession de vos titres ne peut vous être réclamée. En cas de don (à titre gratuit) des titres, le report d’imposition est purgé sauf si le donataire a le contrôle de la société dont viennent les titres. Dans ce cas seulement, plus que des titres avec une valeur, vous transmettez aussi l’exonération d’impôt. Dans cette situation de don avec la transmission du report de l’impôt, les dons doivent être détenus pendant 18 mois pour les cessions faites avant le 31 décembre 2019.

Nouveauté de la loi de finances 2020 pour les donations des titres de la société holding bénéficiaire de l’apport

La durée de détention des titres devra être plus longue pour les dons faits à compter du 1er janvier 2020. En effet la durée de conservation des titres a été allongée à 5 ans par les parlementaires pour les transmissions par voie de donation ou de don manuel.

Quelles conditions pour profiter de ce dispositif?

L’apport-cession est un dispositif très contrôlé. Il apporte dérogation à l’impôt sur les plus-values mobilières uniquement s’il rentre dans les conditions énoncées dans les articles 150-0 B et 150- 0 B Ter. Le report d’impôt est soumis à d’importantes conditions. Tout d’abord l’apport doit se faire dans un pays membre de l’Union Européenne ou bien dans un pays ayant signé une convention fiscale avec la France. Ceci a été mis en place pour lutter contre les fraudes et évasions fiscales. L’apporteur doit contrôler la holding dans laquelle il place ses titres. Cette holding doit être assujettie à l’impôt sur les sociétés. De plus, en échange de ses titres, l’apporteur ne doit pas recevoir plus de 10% de la valeur de ses titres sous forme d’argent.

Dans un second temps,  la durée de détention des titres dans la holding  est une nouvelle condition clé pour profiter du dispositif de report de l’impôt.

  • Si la holding détient les titres depuis plus de 3 ans, l’impôt est reporté.

  • Si la holding les détient depuis moins de 3 ans, alors un minimum de 60% du produit de la cession doit être réinvesti dans une activité économique éligible (voir plus bas).

Dans le cas de non-respect de ces conditions, d’un déménagement fiscal hors de France ou bien d’un réinvestissement inférieur à 60% de la valeur des titres avant 3 ans de détention des titres par la holding,  l’impôt doit être acquitté et l’apport-cession se termine. Dans ce dispositif, le respect des réglementations est primordial. C’est la raison pour laquelle  notre département juridique et fiscal vous aide à sécuriser la cession de votre entreprise.

Notre expertise patrimonial nous permet d’une part de vous accompagner sur les investissements qui vous sont éligibles à l’apport cession et d’autre part à inscrire cette cession dans une stratégie globale.

Réinvestissement du capital de la holding issue de l’apport cession

holdingAfin de sélectionner les solutions de réinvestissement, il est important de se rapprocher d’un département juridique et fiscal pour sécuriser le montage de l’apport cession. Comme expliqué précédemment, le remploi du produit issu de l’apport-cession est particulièrement réglementé. Le produit d’une cession d’entreprise peut être utilisé pour investir dans une nouvelle entreprise.  En effet, il est possible grâce à l’apport-cession soit d’investir votre capital dans une nouvelle société. Ainsi, votre transition professionnelle peut se faire plus facilement. Soit en investissant le produit de cession dans des sociétés non cotées. Ceci vous permet de devenir investisseur passif dans des PME et espérer récupérer une plus-value lors de la cession de votre titre après 3 ans minimum. Les entreprises concernées peuvent être :

  • Des start-up innovantes avec un potentiel de plus-value et de croissance élevées, mais qui ont un risque de perte de capital important.
  • Des entreprises dans tous les secteurs en développement tel que le médical. Pour ces sociétés, les bénéfices et les croissances sont plus prévisibles et le niveau de risque est amené à évoluer en fonction de la stratégie ou du secteur.
  • Des opérations immobilières de construction/promotion ou de marchands de biens. Les investissements de ce type sont plus courts.

Avantages de la loi de finances 2019

Pour les cessions d’entreprises faites après le 1er janvier 2019, il est maintenant possible d’investir dans des fonds de capital-investissement. Pour réinvestir, ces fonds doivent répondre aux conditions des sociétés éligibles. Ces investissements sont plus diversifiés et donc moins risqués. Notre conseil : consultez nos experts en gestion de patrimoine et étudiez les fonds éligibles les plus défensifs et rentables en fonction de vos objectifs. À noter qu’il est possible d’intégrer une démarche ISR (Investissement Socialement Responsable) dans la stratégie de réinvestissement.

La loi de finances pour 2019 a élargi les possibilités de réinvestissement économique aux souscriptions de parts ou actions dans :

  • Des fonds communs de placement à risques (FCPR),
  • Des fonds professionnels de capital investissement (FCPI),
  • Des sociétés de libre partenariat (SLP),
  • Des sociétés de capital-risque (SCR),
  • Des organismes similaires aux entités ci-dessus établies dans un autre État membre de l’EEE.

Risques et points de vigilance de l’apport cession

L’apport-cession étant un dispositif particulièrement réglementé et contrôlé, il est facile d’être sure la ligne jaune si le sujet n’est pas totalement maîtrisé. Voici certaines choses à ne pas faire :

  • Changer de pays de domicile; s’il vous arrivait de déménager hors de France avant le passage du report à l’exonération de l’impôt, le dispositif prendrait fin car seuls les résidents français sont éligibles.
  • Réinvestissement dans une activité non éligible; comme expliqué précédemment, le choix du réinvestissement fait partie des conditions contrôlées de l’apport-cession. Vérifier que l’activité qui vous intéresse est bien éligible est un facteur clé dans ce dispositif.
  • Non-respect du délai de détention des titres par la holding; si vous réinvestissez dans une autre activité après moins de 2 ans de détention de vos titres dans la holding, notez qu’il est important de garder votre réinvestissement au moins 2 ans.
Analyser votre situation avec un expert
Analyser votre situation avec un expert

Exemple: Apport-cession de Monsieur Durant

Monsieur Durand a créé sa pharmacie en 2015 avec 20 000€ de capital. En 2019, grâce à une forte évolution, l’entreprise est estimée à 6 000 000€. Le gain sur son investissement est de 5 980 000€. Désireux de céder ses titres pour pouvoir réinvestir les résultats de la vente dans une nouvelle activité, Monsieur Durand aurait une fiscalité sur la plus-value égale (flat taxe) estimé à : 5 980 000 x 30% = 1 794 000€.

Comment payer moins d’impôts sur la fiscalité des plus-values grâce à l’apport cession? En effet en créant une société holding et en y investissant les titres de sa société, il verra la plus-value reliée à son apport, reportée automatiquement. Cette création lui transformera ses titres avec d’importantes plus-values imposables en capital non imposé, disponible pour être investi de nouveau dans une activité économique. Après 2 ans de détention des titres par sa holding, Monsieur Durand voudrait de nouveau réinvestir. Après avoir consulté son conseiller en gestion privée en présence d’un avocat en fiscalité des entreprises, son réinvestissement est décidé. Il investira dans une entreprise médicale, entrant dans les conditions de l’apport-cession.  Pourtant Monsieur Durand doit encore rester vigilant. En effet, il doit détenir les titres de son réinvestissement au moins 2 ans sinon il verra son report d’impôt annulé. Après 2 ans de détention de ses titres dans  l’entreprise médicale, Monsieur Durand peut les vendre et utiliser le produit de la vente comme bon lui semble. Après 5 ans de suivi, il a exonéré les titres de sa pharmacie.

Si vous aussi, vous souhaitez des conseils pour réinvestir, que vous voulez anticiper votre transmission ou que vous souhaitez vous tourner vers des investissements responsables, nos experts peuvent vous accompagner dans ces démarches.

Les informations présentées dans cet article sont non contractuelles et données à titre purement indicatif dans un but pédagogique et préventif. Agora Finance Gestion Privée ne saurait être tenue responsable d’un préjudice d’aucune nature lié aux informations fournies.

Aurelien Guichard

Aurelien Guichard

FONDATEUR, DIRECTEUR ASSOCIÉ

Depuis plus de 20 ans, Aurélien Guichard a développé une expertise en gestion privée et gestion de fortune. Diplômé d’un Master in international Business, membre de la Chambre National des Conseils en Gestion de Patrimoine (CNCGP), il anime le développement du groupe Agora finance Gestion Privée qu’il à fondé en 2007.

Règlement général sur la protection des données

3 + 9 =

logo

Demander à être appelé par un conseiller Agora Finance.

Conformément au RGPD, nous vous informons que Agora Finance, responsable du traitement, utilise vos données à caractère personnel afin d’enregistrer votre demande pour vous recontacter. Vous disposez de droits sur vos données.

Comment fonctionne le remploi dans la cession d’entreprise ?

Comment fonctionne le remploi dans la cession d’entreprise ?

Comment payer moins d’impôts dans le cadre de la cession d’entreprise ? Comme la donation, l’apport de titres avant la cession, aussi appelé apport-cession,  fait partie des moyens d’optimiser la fiscalité sur les plus-values. Si l’impact est réel, les conditions pour...

SUCCESSION : COMMENT PROTÉGER SON CONJOINT EN CAS DE DÉCÈS ?

SUCCESSION : COMMENT PROTÉGER SON CONJOINT EN CAS DE DÉCÈS ?

Comment la loi protège-t-elle votre conjoint survivant ? LA LOI ASSURE AU CONJOINT SURVIVANT UNE PROTECTION NON NÉGLIGEABLE  La loi assure au conjoint survivant une protection non négligeable. En effet, ce dernier est un héritier à part entière et, au minimum, il a...

Transmettre son entreprise avec le Pacte Dutreil

Transmettre son entreprise avec le Pacte Dutreil

Les transmissions intrafamiliales par donation ou succession ont représenté 1850 opérations au cours de l’année 2011. Une des solutions les plus avantageuses est la signature d’un pacte Dutreil ! Qu'est ce que le Pacte Dutreil La transmission d’une entreprise est une...