Placement de la trésorerie d’entreprise

Accueil » Entreprise et Société » Placement de la trésorerie d’entreprise

Le placement de la trésorerie d’entreprise est un enjeu majeur pour nombre de dirigeants ou directeurs financiers (DAF, CFO), qui doivent avant tout sécuriser et diversifier les liquidités de la société à court, moyen et long terme. Un certain nombre de critères doivent être pris en considération pour optimiser le placement de la trésorerie d’entreprise. Tour d’horizon pour mieux appréhender les stratégies patrimoniales gagnantes pour les placements des excédents de trésorerie.

Sommaire

Qu’est ce que la trésorerie d’entreprise excédentaire ?

L’excédent de trésorerie ou excédent de trésorerie d’exploitation est la différence entre les recettes et les dépenses d’exploitation d’une entreprise. Cet écart positif est un gage de prospérité pour toute entreprise, il permet de contrôler la capacité d’autofinancement de la société. 

Excédents de Trésorerie = Excédent Brut d’Exploitation – variation du Besoin en Fond de Roulement

          = Besoin en Fond de Roulement < Fond de Roulement

Causes d’un excédent de trésorerie

  • Un investissement résultant en une amélioration du cycle d’exploitation : en plus de créer un excédent de trésorerie, un investissement quel qu’il soit peut augmenter la rentabilité de l’entreprise.
  • Une gestion financière adéquate : une bonne gestion financière permet de générer une plus grande marge bénéficiaire pour l’entreprise. Cela est primordial aux yeux des actionnaires et des potentiels investisseurs car une meilleure marge bénéficiaire correspond à une augmentation du montant que la société gagne à chaque fois qu’elle vend sa production.
  • Génération de capitaux > dépense de capitaux

Avoir d’importants excédents de trésorerie est un très bon signe de santé financière pour l’entreprise. Néanmoins, il n’est pas conseillé que ces excédents soient stagnants ou inactifs. La plupart du temps, ils ne sont pas utilisés alors qu’une bonne gestion de ceux-ci peut s’avérer rémunératrice pour l’entreprise.

Un enjeu qui nécessite une expertise

La trésorerie est un des éléments clés de la gestion financière d’une entreprise, et doit être une des préoccupations majeures des directeurs administratifs et financiers (DAF). La trésorerie d’une entreprise correspond aux sommes immédiatement mobilisables par l’entreprise. En termes comptables, la trésorerie est la différence entre les actifs disponibles (comptes bancaires, sommes disponibles en caisse) et les dettes à court terme (salaires, fournisseurs, loyers…)

Les DAF s’entourent souvent de deux interlocuteurs traditionnels qui peuvent les conseiller quant à la gestion des excédents de trésorerie : les experts comptables et les banquiers. Les premiers conseillent sur la gestion quotidienne de trésorerie mais n’apportent pas de réelles solutions quant au placement de la trésorerie excédentaire. Les seconds offrent des solutions pour investir la trésorerie excédentaire mais n’aident aucunement dans la gestion courante. C’est la raison pour laquelle les directeurs financiers font souvent appel à un troisième interlocuteur, combinant une expertise avancée sur la gestion quotidienne de trésorerie et une connaissance approfondie et indépendante des différents placements disponibles pour votre trésorerie excédentaire : le conseiller en gestion de patrimoine spécialisé auprès des institutionnels.

Tour d’horizon fait, le Conseiller en Gestion de Patrimoine et l’expert-comptable seront vos meilleurs interlocuteurs dans la gestion de votre trésorerie d’entreprise.

Contacter votre conseiller en gestion privée
Contacter votre conseiller en gestion privée

Placement de la trésorerie d'entreprise en immobilier

Pourquoi gérer sa trésorerie d’entreprise ?

Le placement de la trésorerie d’entreprise s’articule autour de trois grands axes : sécuriser la trésorerie, assurer les liquidités et gérer les risques financiers.

Sécuriser la trésorerie de la société

Le meilleur moyen pour sécuriser sa trésorerie est de diversifier au maximum les placements sur lesquels elle est investie. Comme pour tout investissement, une bonne diversification permet de réduire naturellement le risque en capital car celui-ci se retrouve investi sur des supports différents dont les rendements sont peu corrélés, voir décorrélés dans certains cas. 

Assurer de la liquidité à l’entreprise

La gestion de liquidité regroupe les activités de rentrées d’argent, de capacités de paiements de l’entreprise et de rentabilité des sommes engagées. Une bonne gestion des liquidités permet tout d’abord à l’entreprise d’assurer ses besoins financiers pour faire face à l’ensemble de ses charges fixes (tels que les salaires, loyers, échéances de crédit, travaux). Elle pourra également réaliser des économies sur les frais bancaires (commission de mouvement, d’intervention, intérêts d’emprunt) si le dirigeant gère efficacement sa trésorerie. En déterminant les périodes auxquelles il aura besoin de financer sa trésorerie, le dirigeant aura le temps de mettre en place des solutions de financement bien moins coûteuses. Cette planification permet de réduire grandement les risques de découvert de trésorerie et donc, d’éviter les paiements éventuels d’agios et de commissions d’interventions.

Se protéger des risques financiers

Pour aborder la notion des risques financiers, nous devons tout d’abord établir deux catégories : les risques dits “systématiques” et les risques “non-systématiques”.

La première catégorie concerne les risques macro-économiques , c’est-à-dire, pas directement liés à l’entreprise. Ces risques sont liés aux fluctuations globales du marché : la crise du COVID en est un exemple.

La deuxième catégorie de risques, quant à elle, concerne directement la gestion de l’entreprise et peut donc être gérée en amont. Le risque “non-systématique” le plus important pour l’entreprise est la cessation de paiement. 

D’autres facteurs peuvent être pris en compte pour optimiser sa trésorerie d’entreprise. Nous vous recommandons un article du magazine dafmag.fr pour améliorer la gestion de sa trésorerie.

Après avoir gérer méticuleusement votre trésorerie, vous pouvez avoir recours au Pacte Dutreil au moment de votre départ en retraite. Ce dispositif permet de transmettre votre société à titre gratuit en bénéficiant d’une fiscalité avantageuse. Ce dispositif a été mis en place par le législateur dans le but de pérenniser les entreprises.

immobilier des placements de la trésorerie

Comment placer sa trésorerie d’entreprise excédentaire ?

Une fois appréhendé la notion d’excédent de trésorerie, il est important d’analyser les différents emplois possibles pour gérer sa trésorerie en toute sécurité et envisager des solutions pour le placement de la trésorerie d’entreprise.  Il y a plusieurs manières d’allouer votre trésorerie excédentaire : s’en servir comme réserve financière d’urgence, financer des investissements ou l’investir via des placements.

Se servir de la trésorerie d’entreprise comme réserve financière d’urgence

Pour aborder cet emploi, il faut d’abord faire la distinction entre la trésorerie court terme et la trésorerie long terme. Comme vu dans les formules précédentes, la trésorerie court terme correspond à la partie qui n’est pas le besoin en fond de roulement, c’est-à-dire l’excédent qu’il reste du calcul entre Fonds de Roulement et Besoin en Fonds de Roulement. Au final, la trésorerie court terme est simplement un excédent alors que la trésorerie long terme constitue l’ensemble de l’épargne mobilisable.

Le but est donc de placer uniquement la trésorerie long terme, l’excédent court terme servant principalement de caisse d’urgence pour l’entreprise. En effet, de nombreux imprévus peuvent survenir au cours de la vie de l’entreprise (remboursement d’emprunts, surcroît de dépenses…), il est donc nécessaire pour l’entreprise d’avoir un “matelas de sécurité” pour répondre à ces imprévus.

Financer des investissements grâce à des excédents de trésorerie

Croissance interne

Une trésorerie excédentaire peut être utilisée dans le cadre d’une croissance interne pour l’entreprise. En effet, les excédents peuvent créer de l’autofinancement pour la société. Par exemple, le financement de projets d’investissements comme la réalisation de travaux de rénovation ou l’acquisition de nouveaux matériels est susceptible d’augmenter la capacité de production de l’entreprise.

Croissance Externe 

En parallèle d’un développement interne, il est intéressant d’investir votre trésorerie excédentaire dans le cadre d’une croissance externe. Par exemple, un excédent conséquent peut vous permettre de financer des services complémentaires à l’entreprise (ex: métiers et expertises complémentaires) ou à plus grande échelle le rachat d’une entreprise concurrente.

choix pour les placements de tresorerie

Comment choisir les placements de la trésorerie d’entreprise ?

Parmi les priorités des directeurs financiers, la sécurité, la liquidité et la diversification sont les critères les plus importants dans le placement de la trésorerie d’entreprise. Pour atteindre ces objectifs, une approche structurée est nécessaire afin de sélectionner les placements de trésorerie d’entreprise (placements financiers, immobiliers, private equity…) les plus appropriés. En effet, la priorité est de répondre aux exigences de la politique de placement de la société.

Un des buts recherchés dans le placement des excédents de trésorerie est de les utiliser pour percevoir des intérêts. En effet, grâce aux placements financiers, vos excédents de trésorerie peuvent permettre de faire fructifier vos actifs financiers et capitaliser à court, moyen et long terme. Cela accroit les liquidités de l’entreprise si un processus de gestion est mis en place dans le temps. 

Avant de choisir une typologie de placement pour vos excédents de trésorerie, il est impératif de réaliser un audit financier global afin de définir une stratégie patrimoniale personnalisée. Les critères de sélection devront être définis à travers un cahier des charges précis.

Quels sont les critères de sélection pour le placement de la trésorerie ?

  • Votre philosophie d’investissement : En effet, il est important de savoir dès le départ si vous souhaitez donner également du sens à la gestion de la trésorerie d’entreprise en choisissant des investissements responsables. Effectivement de plus en plus de dirigeants d’entreprises et de CFO préfèrent privilégier une approche responsable et sociale pour la gestion de la trésorerie d’entreprise. Découvrez notre vidéo sur l’investissement socialement responsable ISR ICI
  • L’horizon de placement : C’est une question primordiale ! Investir sa trésorerie sur quelques mois ou quelques années nécessite des typologies de placements différentes. Néanmoins, une règle reste invariable : plus vous souhaitez capitaliser sur vos excédents de trésorerie, plus il faudra placer sur du long terme.
  • Les projets de l’entreprise : Gérer sa trésorerie d’entreprise n’est pas si différent de gérer son épargne personnelle. Comme on le dit pour les particuliers : le plus important est de placer son argent en fonction de ses projets. Il en va donc de même pour votre entreprise. En effet, une entreprise peut avoir des projets à court, moyen et long terme, ce qui constitue autant d’horizons d’investissements à prendre en compte.
  • Le montant de trésorerie à optimiser : Comme pour la durée du placement, une capacité d’investissement de 100 000 € ou 10 000 000 € ne va pas amener aux mêmes solutions.
  • Le profil de sécurité / risque de l’entreprise : Il est important de valider une gestion sécurisée pour les actifs financiers de l’entreprise. Il est également primordial de définir le “profil investisseur” (sécurisé, prudent, équilibré, offensif) de l’entreprise. Un investissement plus offensif s’accompagne généralement d’une rémunération plus importante.
Analyser votre situation avec un expert
Analyser votre situation avec un expert

Quels sont les produits financiers pour la trésorerie d’entreprise ?

Une fois que les critères de placement de trésorerie sont définis, il est impératif d’étudier les différents placements financiers qui se présentent à vous en fonction de leur durées. Nous pouvons distinguer trois catégories suivant l’horizon d’investissement : les placements à court terme, moyen terme et long terme.

Le placement de la trésorerie d’entreprise à court terme (maximum 2 ans)

Dans le cadre du placement de votre trésorerie à court terme, peu d’options sont disponibles pour votre entreprise. Une des erreurs classiques est de se tourner vers des fonds monétaires. En effet, ce type de placement est inutile à court terme car son rendement est négatif. De même, l’utilité des fonds obligataires est limitée car le ratio rendement/risque est peu attractif pour un placement à court terme.

Il existe en réalité seulement deux options rentables pour placer vos excédents de trésorerie à court terme : les contrats de capitalisation et les comptes/dépôts à terme.

Contrats de capitalisation

Un contrat de capitalisation est l’équivalent d’une assurance-vie pour une personne morale. C’est un produit financier permettant à une entreprise ou une association de venir placer les excédents de trésorerie sur des produits tels que les fonds euros. Néanmoins, il ne faut pas considérer les contrats de capitalisation comme des “copier-coller” des assurances-vie. En effet, ils diffèrent au niveau de la fiscalité appliquée aux plus-values.

Un des gros avantages du contrat de capitalisation est qu’il s’adapte au profil d’investissement de l’entreprise. La structure d’un contrat de capitalisation est considérée comme ouverte : l’entreprise peut choisir ses différents placements en fonction de son profil de risque. Il est donc possible d’ouvrir un contrat de capitalisation en ayant une forte pondération sur les fonds euros si l’entreprise ne veut prendre aucun risque. De même, une entreprise cherchant un meilleur rendement pourra se tourner vers des OPCVM (Organisme de Placement Collectif) et des investissements socialement responsables (ISR).

Au niveau des rémunérations, un contrat de capitalisation investi entièrement en fonds euros, c’est-à-dire à capital garanti, rapportera environ 1,3% net par an. Pour ce qui est des placements en Unités de Comptes (UC), un profil défensif pourra espérer une rentabilité nette comprise entre 1,5 et 3,5%. Dans le cadre d’un placement en UC, votre conseiller en gestion de patrimoine pourra vous guider sur les meilleures options disponibles pour votre entreprise.

Le contrat de capitalisation comporte néanmoins certains inconvénients en terme de montants investis et de durée de placement. En effet, le montant d’investissement minimum sur ce type de contrat est de 100 000 €. De plus, en cas de sortie anticipée du contrat (différent pour chaque compagnie d’assurance), l’assureur pourra appliquer des pénalités de sortie, souvent comprises entre 2 et 4% du montant du rachat, uniquement sur les fonds en euros. En revanche, aucun frais de sortie à court terme ne s’appliquera sur les parties en UC. Malgré ces pénalités, un investissement à court terme sur un contrat de capitalisation peut rester très avantageux pour l’entreprise. 

Comptes/dépôts à terme (CAT/ DAT) d’entreprise

Contrairement aux contrats de capitalisation qui sont proposés par des assureurs, les comptes à terme et dépôts à terme sont eux présentés par des établissements bancaires. L’un des gros avantages de ce type de placement est que le ticket d’entrée minimum est de 50 000 € (contre 100 000 € pour le contrat de capitalisation). De plus, le capital est garanti et disponible à tout moment. Néanmoins, si vous retirez vos fonds avant l’échéance prévue, votre rémunération sera nulle voir négative dans certains réseaux bancaires. Dans des conditions normales, les CAT et DAT ne rémunèrent pas plus de 1% brut par an.

Simulation en placement de trésorerie d’entreprise

Imaginons un investissement de 300 000 € sur un contrat qui rapporte 3% par an sur 3 ans. Au bout de la période, vous aurez un capital de 327 818 € . Suite à un besoin de liquidités, vous devez retirer 100 000 € du contrat (2 ans après l’ouverture). Dans un scénario pessimiste, des pénalités peuvent être facturées avant 3 ans, uniquement sur les fonds euros. La somme retirée sur le contrat sera donc de 104 000 € (4% de frais).

Le gain sur le contrat sera donc de 23 818 € soit un rendement de 2,37% par an. Ce qui est largement supérieur aux placements classiques.

Dans le cas où l’on retire la totalité du contrat, après 3 ans, soit 327 818 € :

La plus value est de 27 818 €. On retrouve donc le taux de rémunération initial de 3% par an.

Il faut donc privilégier les retraits d’argent après 3 ans (au minimum) pour maximiser le rendement de l’investissement.

Analyser votre situation avec un expert
Analyser votre situation avec un expert

Le placement de la trésorerie d’entreprise à moyen terme ( 2 à 5 ans)

À partir du moment où votre entreprise génère des revenus réguliers sans besoin à court terme, il est intéressant de se tourner vers des solutions à horizon 2 à 5 ans. C’est dans ces durées là que rentrent en jeu les placements diversifiés. Ils permettent d’allier sécurité et rentabilité pour aller chercher des rendements plus élevés en conservant des niveaux de risques faibles.

Les comptes de dépôts à terme d’entreprise (CAT/DAT)

Le principe est le même pour les CAT/DAT à moyen terme que pour ceux à court terme, la seule différence résidant dans l’horizon de placement. En acceptant une durée de placement supplémentaire, la rémunération des CAT/DAT à moyen terme s’en trouve améliorée.

Les rendements peuvent varier sur 3 ans entre 0,7% et 1% net par an.

Le contrat de capitalisation pour les sociétés

Dans le cas d’un contrat de capitalisation à moyen terme, les sommes investies peuvent par exemple, être placées à 40% sur des fonds euros, 30% sur des fonds obligataires et 30% sur des fonds immobiliers. Ce type d’allocation permet par exemple, de générer un rendement de 3% net par an. En acceptant une durée de placement supplémentaire, la rémunération du compte s’en trouve améliorée.

Les produits structurés

Combinant rendements attractifs, placement sécurisé et disponibilité des fonds, les produits structurés sont un outil à ne pas négliger lors de l’élaboration de la stratégie de placement des excédents de trésorerie. Les produits structurés permettent d’investir directement sur les marchés avec un niveau de protection du capital fixé à l’avance et des hypothèses de rendement connues. Certains produits structurés ont pour caractéristique un capital garanti, ce qui offre une alternative intéressante aux fonds euros car les rendements des produits structurés sont bien plus élevés que ces derniers.

Les “corporate bonds” ou obligations d’entreprise

À travers un compte titres, il est possible de souscrire des obligations d’entreprise. Le corporate bond consiste à acheter la dette d’une entreprise privée pour l’aider à se financer. Le grand avantage de ce placement est son rapport rendement/risque. En effet, les obligations d’entreprise offrent un rendement plus élevé que les obligations d’Etat, tout en restant un placement très sécurisé (émises par des grandes sociétés comme Apple, Amazon…).

Contacter votre conseiller en gestion privée
Contacter votre conseiller en gestion privée

Le placement de la trésorerie d’entreprise à long terme (plus de 5 ans)

Chaque entreprise doit définir une stratégie de trésorerie à long terme pour bénéficier de placements supérieurs à 5 ans. En effet, de nombreuses solutions sont disponibles pour des placements qui peuvent également concerner le chef d’entreprise et son patrimoine personnel. La durée de placement pouvant être bien plus importante pour du patrimoine personnel que pour de la trésorerie d’entreprise, notamment au travers d’une holding patrimoniale.

Allocations

Dans le cadre d’un contrat de capitalisation, tout est une simple question d’allocation. A long terme, la proportion de l’investissement en unités de compte doit être augmentée à au moins 50% des sommes investies. Le rendement de ce contrat sera ainsi nettement plus élevé avec des taux de rémunération aux alentours de 5% (en prenant en compte le versement des dividendes). L’allocation d’actifs au sein du contrat de capitalisation peut être effectuée seul (on parle alors de gestion libre) ou par le biais d’une gestion pilotée en déléguant la gestion financière du contrat a une entité tierce. Dans les deux cas, des options d’arbitrage programmés ( rééquilibrage, investissement progressif, encaissement des plus-values…) peuvent être mis en place pour sécuriser davantage le contrat.

Le Private Equity

Le Private Equity ou Capital Investissement consiste en la collecte de fonds d’investisseurs afin d’acquérir des entreprises profitables non-cotées qui créent de la croissance. Cette solution est particulièrement plébiscitée par les chefs d’entreprises et permet d’aller chercher une rentabilité potentiellement élevée tout en s’affranchissant de la volatilité inhérente aux fonds classiques investis sur les marchés financiers. La dimension sociale rentre aussi en compte dans ce type de placement de trésorerie excédentaire car, en parallèle de forts potentiels de gain pour l’entreprise, cet investissement permet de soutenir l’économie réelle en faisant bénéficier de financements à des entreprises en pleine expansion.

Néanmoins, il ne faut pas oublier que ce type d’investissement nécessite une immobilisation des fonds pour une période de plus de 5 ans.

L’investissement en Private Equity peut prendre plusieurs formes. Par exemple, les Fonds Communs de Placement à Risque (les actifs intégrés dans le fonds sont composés d’un minimum de 50% de titres non-cotés)

Cependant, investir en Private Equity a pour conséquence l’absence de garantie en capital et un niveau de risque potentiellement très élevé. Ce type d’investissement doit donc intervenir dans une logique de diversification de vos excédents de trésorerie d’entreprise

Le compte titres et l’investissement ISR

Il est aujourd’hui important de privilégier des placements de trésorerie ISR (Investissement Socialement Responsable). Pour rappel, l’ISR permet d’intégrer, en plus des critères financiers classiques, des critères extra-financiers (environnementaux et sociaux) pour donner un sens à l’investissement sans rogner le rendement. De plus, la plupart des fonds labellisés ISR surperforme en période d’instabilité. C’est le cas avec la crise sanitaire de la Covid-19 où les indices ISR ont surperformé d’environ 5% les indices classiques. Pour en savoir plus sur l’Investissement Socialement Responsable, vous pouvez consulter notre article “ISR : l’investissement socialement responsable“.

Nos conseils pour investir :

  • S’assurer que les supports d’investissement soient en adéquation avec une gestion sécurisée.
  • Sélectionner des investissements socialement responsables (ISR).
  • Diversifier les investissements dans des classes d’actifs ayant une faible corrélation.
  • Eviter les fonds d’investissement “maison” proposés par les banques car ils offrent la plupart du temps des rendements inférieurs à la moyenne du marché.

entreprise et placement de tresorerie

Comment optimiser le placement de la trésorerie d’entreprise via l’immobilier ?

Placer votre trésorerie d’entreprise au travers d’investissements décorrélés des marchés financiers peut permettre de diversifier intelligemment les excédents de trésorerie d’entreprise et ainsi augmenter la rentabilité de vos placements tout en conservant un niveau de sécurité important.

Quels sont les avantages d’investir la trésorerie d’entreprise en immobilier ?

  • Bénéficier de revenus récurrents durant toute la période d’investissement grâce à un l’investissement locatif
  • Suivant les investissements (SCPI…), l’immobilier permet de diversifier et de sécuriser la trésorerie
  • L’investissement immobilier est plus sécurisé que les placements financiers en cas de crises (économique, sanitaire…)

Les données à prendre en compte avant d’investir la trésorerie d’entreprise en immobilier

  • Pour observer des résultats significatifs, il est nécessaire d’investir sur le long terme avec un horizon de placement minimum de 5 ans.
  • Il sera nécessaire d’être vigilant sur les actifs sélectionnés en vérifiant la solidité financière des organismes, la localisation des biens et la durée des baux professionnels.
Analyser votre situation avec un expert
Analyser votre situation avec un expert

Investir ses excédents de trésorerie dans des parts de SCPI  (Société Civile de Placement Immobilier)

Les SCPI sont une alternative intéressante pour placer vos excédents de trésorerie. Les rendements potentiels de ce type d’investissement sont en effet bien plus importants que pour un CAT/DAT. Il est néanmoins nécessaire de prévoir une durée d’investissement plus longue (minimum 5 ans).  

Il y a deux façons d’investir la trésorerie d’entreprise en SCPI. Soit par l’achat en pleine propriété, soit par l’achat en usufruit temporaire.

Placer sa trésorerie d’entreprise via l’achat en pleine propriété de parts de SCPI

Vous achetez des parts de SCPI qui constitueront un actif pour votre société. En échange, le gérant de la SCPI vous versera des loyers selon une période donnée (mensuel, trimestriel…)

Ces loyers sont ensuite taxés selon un barème particulier. L’achat en pleine propriété vous permet de revaloriser une part de votre trésorerie tout en gardant la propriété de celle-ci. Pour plus d’informations sur l’achat en pleine propriété de parts de SCPI, vous pouvez consulter notre article sur les SCPI de rendements.

Placer sa trésorerie d’entreprise en usufruit temporaire de parts de SCPI

L’achat d’usufruit temporaire permet à l’entreprise d’effectuer un démembrement de parts de SCPI et donc de détenir seulement l’usufruit des parts, la nue-propriété étant donnée à un autre investisseur. Ce type d’achat permet à la société de bénéficier d’un prix d’achat des parts réduit et d’être rémunéré sur la valeur de la pleine propriété au terme.

Cette façon d’investir en SCPI est très intéressante pour les sociétés à l’impôt sur les sociétés (IS) car vous pourrez amortir comptablement la valeur du montant investi. Ceci vous permettra de réduire fortement la fiscalité des revenus tirés de l’investissement.

Simulation de placement de trésorerie d’entreprise en usufruit temporaire

  • Durée de placement : 6 ans
  • Montant investi : 20 000€
  • Prix des parts en pleine propriété : 1 000 000€
  • Prix des parts en usufruit : 20% de la part en pleine propriété.
  • Rendement de la part : 5% par an 
  • L’amortissement est linéaire.
  • La société est soumise à l’IS.

L’investissement est amortissable comptablement sur toute la durée du démembrement : amortissement comptable = environ 33 000€ / an  (200 000 € / 6 années de démembrement). Cela permet de réduire le revenu imposable et de rendre l’opération encore plus intéressante.

Investir ses excédents de trésorerie dans des OPCI (Organisme de Placements Collectifs en Immobilier)

L’OPCI est un produit qui permet d’investir à la fois en immobilier et en valeurs mobilières. En effet, le fonds doit investir au minimum 60 % en actifs immobiliers et 5% en monétaire, le reste étant investi en valeurs mobilières.

Comme les SCPI à capital variable, les OPCI sont des fonds d’investissement “ouverts” : vous pouvez donc acheter ou vendre des parts à tout moment. Cette structure ouverte est permise grâce à la poche monétaire qui garantit les liquidités du fonds.

La fréquence des évaluations des immeubles est trimestrielle (au lieu d’annuelle) et repose sur une double évaluation, réalisée par deux experts indépendants de la société de gestion.

La partie immobilier peut se composer de biens divers : immeubles, SCPI, SCI, droits réels immobiliers, actions de sociétés foncières côtées …

La poche financière, quant à elle, peut se composer de titres cotés, dépôts à terme, bons du Trésor, avances en compte courant…

Cette diversification d’actifs de la trésorerie d’entreprise peut donc permettre de sécuriser différemment ses liquidités. L’OPCI peut donc être considéré comme un produit hybride, à mi-chemin entre les actifs immobiliers et les actifs mobiliers.

Qu’est ce que le financement participatif immobilier ?

De nouvelles opportunités de placement à moyen terme sont aussi disponibles pour votre entreprise, comme par exemple le financement participatif immobilier. Cette solution repose sur l’émission obligataire d’acteurs de l’immobilier. En général, ces obligations arrivent à maturité au bout de 24 mois et offrent un coupon fixe très avantageux compris entre 8 et 10% selon les projets. 

Nos conseils pour le placement en immobilier de la trésorerie d’entreprise :

  • Intégrer un stratégie ISR en placement immobilier
  • Sélectionner différentes durées d’investissement pour avoir des sources de liquidité à moyen et long terme
  • Comparer les produits bancaires pour trouver les meilleures opportunités d’investissement immobilier
  • Assurez vous de la qualité des produits immobiliers

Contacter votre conseiller en gestion privée
Contacter votre conseiller en gestion privée

Conclusion 

Les investissements en trésorerie sont un sujet complexe. Cependant, il existe encore bien d’autres solutions avantageuses pour mieux rémunérer vos excédents de trésorerie d’entreprise. Nous vous conseillons donc vivement de faire appel à un de nos experts en gestion de patrimoine qui vous guidera au mieux dans la gestion de vos placements de trésorerie d’entreprise. 

                                                                                                                                    Hugo Marin

Aurelien Guichard

Aurelien Guichard

FONDATEUR, DIRECTEUR ASSOCIÉ

Depuis plus de 20 ans, Aurélien Guichard a développé une expertise en gestion privée et gestion de fortune. Diplômé d’un Master in international Business, membre de la Chambre Nationale des Conseils en Gestion de Patrimoine (CNCGP), il anime le développement du groupe Agora finance Gestion Privée qu’il à fondé en 2007.

15 + 6 =

Le Pacte Dutreil

Le Pacte Dutreil

Comprendre les avantages et les contraintes du Pacte Dutreil

Apport cession et l’Article 150-0 B TER

Apport cession et l’Article 150-0 B TER

Vous êtes chef d’entreprise et réfléchissez à la cession de votre entreprise? Etudiez les avantages de l’apport cession. Nos experts vous répondent : 01 711 839 37